L'AVC EN DÉTAIL | Vaincre l'AVC
15020
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-15020,bridge-core-1.0.6,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
 

L’AVC EN DÉTAIL

L’attaque cérébrale touche les personnes de tous âges : chaque année en France 15 000 hommes ou femmes de moins de 45 ans en sont frappés. Sa fréquence augmente avec l’âge.

L’attaque cérébrale se divise en deux grandes catégories :
– L’hémorragie cérébrale (20% des cas) est due à la rupture d’une artère du cerveau, à l’origine de la formation d’une grosse cavité de sang dans le cerveau.
– L’attaque cérébrale ischémique (80% des cas) est due à un caillot de sang qui bouche une artère du cerveau.

Qu’est-ce qui se passe quand une artère du cerveau se bouche ?
Qu’est-ce que l’hémorragie ?

L’attaque cérébrale (ou AVC) ischémique, que l’on appelle l’infarctus cérébral, touche chaque année entre 120 000 et 150 000 personnes en France : le sang n’arrive plus dans une partie plus ou moins grande du cerveau car une artère est bouchée.

Qu’est-ce qui se passe quand une artère du cerveau se bouche ?

La personne ne peut plus bouger un côté du corps, elle est paralysée (hémiplégie), ou ne peut plus parler (aphasie), ou ne peut plus sentir (anesthésie), ou encore ne peut plus voir d’un côté, ou perd l’équilibre et marche comme une personne ivre.

Qu’est-ce qu’on peut faire ?

Il faut déboucher l’artère, et il n’y a pas UNE MINUTE à perdre. Nous n’avons que quelques heures pour le faire. Au delà, on ne peut plus intervenir, cela serait trop dangereux (risque d’hémorragie cérébrale). On estime à 3 heures le délai maximal avec lequel on peut intervenir sans grand danger.

Y a t il des symptômes annonciateurs ?

C’est très fréquent. On estime que cela arrive dans 30 à 40% des cas.
Et si ces symptômes d’alerte étaient reconnus et pris en compte immédiatement, on pourrait éviter l’attaque cérébrale dans une grande partie des cas.
Malheureusement, ils sont rarement reconnus ! On les appelle AIT

Quels sont les symptômes d’alerte de l’attaque cérébrale ?

La caractéristique du symptôme d’alerte est sa survenue SOUDAINE. Il y en a 6.
Cela peut être, pendant quelques secondes, ou quelques minutes :
1. Perte de la force d’un bras, ou d’une jambe, ou de la moitié de la face, ou de la totalité d’un côté du corps
2. Dans le langage, une difficulté SOUDAINE à trouver les mots ou à les exprimer [ce qui est différent du trouble chronique à trouver les mots de la personne âgée] : cela perturbe la phrase qui peut être incompréhensible pour l’entourage, ou les mots sont totalement transformés
3. Perte de la sensibilité d’un bras, ou d’une jambe, ou de la face, ou de tout le côté du corps
4. Trouble SOUDAIN de l’équilibre et de la marche, qui peut conduire à la chute
5. Perte SOUDAINE de la vision d’un œil.
Pour l’hémorragie cérébrale il faut ajouter à ces mêmes symptômes :
6. Céphalée soudaine, inhabituelle et intense

Quels sont les manœuvres simples pour reconnaître une attaque cérébrale ?

Demander à la personne :
– de maintenir les deux bras tendus à l’horizontale
– de lever chacune des jambes alternativement
– de prononcer la phrase suivante : « les oiseaux chantent dans les buissons »
– de vérifier si elle voit sur les cotés en regardant fixement vos yeux devant elle
– de marcher

Si elle ne peut pas faire l’une de ces consignes, ou incomplètement/incorrectement, il peut s’agir d’une attaque cérébrale. Appelez immédiatement le 15 pour être dirigé vers le centre d’accueil et de traitement de l’attaque cérébrale le plus proche.

Que faire ? Qui appeler ?

Il n’y a pas une minute à perdre !
Devant l’un quelconque de ces symptômes, il faut appeler le 15. Car on risque une hémiplégie définitive et ON PEUT L’ÉVITER si l’on s’y prend à temps !

Que faire lorsque les symptômes persistent plus de quelques minutes ?

Cela veut dire qu’une artère du cerveau reste bouchée, et la seule solution est de la déboucher en toute urgence. Nous avons moins de 3 heures pour le faire. On utilise un médicament qui dissout le caillot que le médecin appelle un « thrombolytique (rt-PA– Actilyse®-) », sorte de ‘Destop’, qui débouche l’artère en une heure. Grâce à ce traitement on obtient 40% de guérison totale en plus.
Si l’on considère les patients au 3ème mois après l’épisode cérébral, au lieu de 25% de patients guéris, on passe à 40% de patients guéris grâce à ce traitement.
Si ce traitement n’est pas possible ou s’il est insuffisant car une grosse artère du cerveau est bouchée, on peut aller directement capturer le caillot et l’extraire, par l’intérieur des artère, une geste que le médecin appelle « thrombectomie ».

Quel est le meilleur moyen pour prévenir une attaque cérébrale ?

La meilleure façon est de dépister l’hypertension artérielle et de la traiter. L’hypertension est appelée « le tueur silencieux » car elle est présente insidieusement et brusquement se révèle un jour par une attaque cérébrale si on ne l’a pas dépistée et traitée à temps. Baisser la pression artérielle en dessous de 14,0/9,0 mm de mercure réduit le risque d’attaque cérébrale de 40%. Chaque millimètre de mercure compte !

Ce sont des symptômes d’AVC qui ne dure que quelques secondes ou quelques minutes, mais qui ont une signification d’alerte essentielle. C’est « la fumée du volcan actif ». L’AIT annonce un AVC imminent, dans les heures ou jours qui viennent. Il faut donc réagir tout aussi vite que pour un AVC. Il faut appeler le 15 ou votre médecin traitant qui appellera SOS-AIT pour une prise en charge sans délai. Si le traitement après un AIT est immédiat et que l’on trouve immédiatement la cause, on peut éviter 80% des AVC.

Quels sont les symptômes ?

La caractéristique du symptôme d’alerte est sa survenue SOUDAINE. Il y en a 5.
Cela peut être, pendant quelques secondes, ou quelques minutes :
1. Perte de la force d’un bras, ou d’une jambe, ou de la moitié de la face, ou de la totalité d’un côté du corps
2. Dans le langage, une difficulté SOUDAINE à trouver les mots ou à les exprimer [ce qui est différent du trouble chronique à trouver les mots de la personne âgée] : cela perturbe la phrase qui peut être incompréhensible pour l’entourage, ou les mots sont totalement transformés
3. Perte de la sensibilité d’un bras, ou d’une jambe, ou de la face, ou de tout le côté du corps
4. Trouble SOUDAIN de l’équilibre et de la marche, qui peut conduire à la chute
5. Perte SOUDAINE de la vision d’un œil

Les symptômes d’alerte sont trop souvent négligés !

Les personnes qui en sont atteintes ont souvent tendance à les minimiser : ces symptômes durent très peu de temps, rarement plus d’une demi-heure, souvent quelques minutes, voire quelques secondes. Les personnes, et leur entourage ont trop souvent tendance à mettre cela sur le compte de la fatigue, du stress, ou bien s’il ne voit pas bien d’un œil, sur le compte de leurs lunettes qu’ils pensent devoir changer…
On entend : ‘je dois être fatigué’ ‘je suis trop stressé’, ‘il faut certainement que je change mes lunettes’, ‘je vais aller m’allonger une heure’
Il s’agit d’une mauvaise interprétation de ce qui se passe par la personne qui en est atteinte… Peut être aussi parce qu’elle veut se rassurer …devant un événement qui pourrait lui faire très peur…
En réalité, il n’y a pas une minute à perdre car cette personne risque de faire une hémiplégie, c’est-à-dire une attaque cérébrale définitive dans les heures qui suivent…
Et on peut l’éviter si l’on fait les examens immédiatement, sans délai.

L’hémorragie cérébrale est le nom donné à un saignement dans le cerveau. Il est dû à la rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau.

Le saignement peut se produire :

– soit dans la profondeur du cerveau (entraînant des dégâts qui peuvent être considérables), que le médecin appelle « hématome cérébral »

– soit autour de l’enveloppe du cerveau : que le médecin appelle « hémorragie méningée » par rupture d’un anévrysme, ou « hématome sous-dural » après un traumatisme crânien chez la personne âgée

L’apparition d’un ou plusieurs de ces symptômes nécessite une hospitalisation immédiate : APPELEZ le 15 !

Vous serez immédiatement dirigés vers un centre d’accueil et de traitement de l’AVC
Une attaque cérébrale ou un AIT est une urgence vitale, tout comme l’infarctus du myocarde, et surtout une urgence pour éviter un handicap catastrophique !
Chaque minute compte.

Que faire en cas d’AVC : Chaque minute compte!
Devant un ou plusieurs symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC) : appelez immédiatement le 15.
Aucun délai ne serait acceptable.

 

L’hospitalisation immédiate permet de confirmer le diagnostic et de débuter immédiatement le traitement qui permettra de diminuer les lésions cérébrales et donc d’offrir de plus grandes chances de quitter l’hôpital quelques jours plus tard, sans séquelles ou avec des séquelles moindres.

A la phase aiguë de l’attaque cérébrale, l’objectif du traitement consiste à déboucher l’artère et donc dissoudre le caillot qui la bouche.
Un médicament permet de le faire, c’est « l’Actilyse ». Il fonctionne un peu comme le « Destop » pour déboucher le tuyau d’un évier. Le médecin appelle l’action qui consiste à dissoudre le caillot « la thrombolyse ou fibrinolyse ». Elle ne peut-être réalisée que dans des hôpitaux spécialisés (Unité de Soins Intensifs Neurovasculaires), où l’équipe soignante est composée de professionnels spécialisés dans l’attaque cérébrale.
Le délai pour administrer ce médicament est très court, il n’y a que 3 heures à partir de l’installation des premiers symptômes. Il faut donc faire vite! Ce médicament est très efficace car 40% des patients sont guéris 3 mois après, mais il peut parfois (moins de 6% des cas) être associé à des effets indésirables (comme tout médicament), dont le principal est l’hémorragie cérébrale. Plus vite l’artère sera débouchée, meilleure sera la récupération et plus faible sera le risque d’hémorragie. Parfois, pour finir de déboucher l’artère du cerveau, il faut aller directement « capturer » le caillot pour l’extraire au moyen d’une intervention qui se fait par l’intérieur des artères et que le médecin appelle « thrombectomie », qui permet de guérir un patient sur deux.

Le traitement, c’est aussi la prévention d’une récidive ou d’une aggravation de l’AVC. C’est donc le traitement des facteurs aggravant (fièvre, taux de sucre dans le sang trop élevé), et la prévention de complications liées à l’AVC ou l’alitement prolongé (infections, phlébites). Enfin dans de rares cas, un traitement par l’intérieur des vaisseaux (endovasculaire) ou chirurgical pourront être envisagés, soit pour enlever un caillot, évacuer du sang ou libérer de l’espace en cas d’infarctus cérébral de grande taille. Il s’agit dans chaque cas d’une décision très spécialisée.

La vie continue.

– 60% des malades peuvent rentrer à leur domicile après immédiatement après l’hospitalisation et retrouvent une vie normale.

– 20% des malades nécessitent un séjour en hôpital de rééducation. Cette hospitalisation en rééducation peut durer quelques semaines à plusieurs mois. L’hospitalisation peut être complète, ou bien seulement en « hôpital de jour », c’est-à-dire que le patient rentre dormir chez lui en fin d’après midi et fait sa rééducation dans le centre pendant la journée.

– Enfin 10% des malades nécessitent une hospitalisation en service dit de « moyen séjour » ou « gériatrique » où, en parallèle de la rééducation, ils peuvent recevoir des soins spécifiques de nursing.

– Surtout gardez l’espoir. Il y a une vie personnelle, familiale, sociale, professionnelle après un AVC. Elle peut redevenir la même qu’avant l’AVC. Elle doit parfois être adaptée, mais vous pouvez et devez retrouver l’amour, le désir, l’envie, et continuer à vous épanouir dans votre vie.

Prévenir l’AVC

On peut prévenir l’AVC : le meilleur exemple est qu’entre 1980 et 2016 ans le nombre de mort par AVC en France est passé progressivement de 66 000 à 30 000 par an. Cela est essentiellement dû à un meilleur traitement préventif, c’est-à-dire au traitement des facteurs qui augmentent le risque d’AVC

Quels sont les facteurs qui augmentent le risque d’AVC ?

1) l’hypertension artérielle : c’est le facteur majeur. Vous devez connaître vos chiffres tensionnels ! S’ils sont régulièrement au-dessus de 14,0/9,0 cm Hg (ou 140/90 mm Hg), vous devez consulter votre médecin qui pourra débuter un traitement approprié ; dans tous les cas, il faudra réduire vos apports en sel (le sel retient l’eau, c’est bien connu, et donc augmente la pression du sang)
2) l’intoxication par le tabac : une consommation de tabac (même une seule cigarette par jour) augmente le risque d’AVC ; arrêter de fumer diminue par deux votre risque d’AVC. Le cannabis est tout aussi dangereux.
3) l’hypercholestérolémie : elle est souvent familiale. Vous devez donc vous inquiéter et connaître vos chiffres de cholestérol sanguin si quelqu’un dans votre famille est atteint ou traité pour une hypercholestérolémie, ou si plusieurs personnes dans votre famille a eu un infarctus du myocarde. Dans les analyses de cholestérol que le laboratoire vous rend, il y a le cholestérol total, le « bon » cholestérol (que le médecin appelle « HDL ») et le « mauvais » cholestérol (que le médecin appelle « LDL »). C’est le LDL qu’il est important de contrôler : votre médecin vous donnera un traitement (le plus souvent « une statine ») :
a. si vous n’avez pas d’autre facteur de risque vasculaire et que le LDL est supérieur à 1,60 g/l (4.1 mmol/l)
b. si vous avez au moins un autre facteur de risque (comme une hypertension par exemple) et que le LDL est supérieur à 1.30 g/l (3.4 mmol/l)
c. si vous avez eu une attaque cardiaque ou cérébrale, ou si vous avez un diabète, ou si vous avez une sténose d’une artère carotide, et que votre LDL est supérieur à 1 g/l (2.6 mmol/l). L’objectif est alors que votre LDL baisse en-dessous de 0,7 g/l, et le mieux est d’atteindre un LDL inférieur à 0,55 g/l.
4) le diabète : votre glycémie à jeun doit être inférieure à 7 mmol/l (1, 26 g/l)
5) certaines maladies cardiaques (arythmie, maladie des valves cardiaques par exemple) qui nécessitent un traitement anticoagulant toute la vie
Vous devez aussi faire de l’exercice physique régulièrement (du sport ¾ d’heure 3 fois par semaine ou 20 minutes de vélo d’appartement tous les jours avant la douche), manger au moins 5 fruits et légumes par jour, manger du poisson régulièrement.
Vous pouvez boire un ou deux verres de vin par jour sans problème. Evitez surtout les apéritifs quotidiens.
Si vous n’avez pas besoin d’un régime spécifique (sauf si vous êtes diabétique, hyper cholestérolémique, insuffisant rénal ou insuffisant cardiaque) vous pouvez manger de tout, mais en quantité raisonnable, de sorte à ce que votre poids n’excède pas votre taille en centimètre (par exemple pour 1m80, vous ne devez pas peser plus de 78 kg).
Le diabétique doit éviter le sucre, l’insuffisant cardiaque doit éviter le sel, l’hyper cholestérolémique ne doit pas manger trop gras.

Sur ce site internet vous pouvez calculer votre risque de faire un AVC

 

Prévenir une autre attaque cérébrale

Après une attaque cérébrale, il faut tout mettre en œuvre pour éviter que cela ne recommence. Un patient, victime d’attaque cérébrale est aussi prédisposé à faire une attaque cardiaque (infarctus du myocarde)

– Le risque de refaire un AVC (récidive) après un premier AVC est de 5 à 10% par an
– Le risque de faire une attaque cardiaque est d’environ 2% par an.
– Ainsi, 5 ans après un AVC, 25% des patients ont refait un AVC et 10% ont fait un infarctus du myocarde. D’autres encore sont décédés d’accidents vasculaires divers.

Ce risque peut être diminué de 80% si l’on suit les recommandations du médecin :
1) arrêt définitif et immédiat du tabac
2) avoir une pression artérielle inférieure à 14/9 cm Hg (140/90 mm Hg)
3) avoir un mauvais cholestérol (Cholestérol LDL) inférieur à 0,7 g/l
4) avoir un traitement anti-caillot (sauf en cas d’hémorragie cérébrale qui contre-indique ce traitement le plus souvent) : INR entre 2 et 3 en cas de traitement anticoagulant, ou un traitement qui diminue l’aggrégation des plaquettes sanguines (à base d’aspirine, ou Plavix ou clopidogrel)
5) traitement d’un diabète
6) parfois une opération d’ une artère carotide sera proposée par le médecin neurologue : c’est « l’endartérectomie » carotide, qui doit être faite par un chirurgien très entraîné (c’est-à-dire qu’il fait cette opération au moins 50 fois dans une année : renseignez vous avant de vous faire opérer !)